Profil économique du Chili

Profil économique du Chili

Le Chili est pourtant considéré comme un modèle de stabilité politique et économique en Amérique Latine. Il est visé par la diplomatie économique marocaine depuis 2014.

Fiche établie par le MAE marocain

Principaux indicateurs économiques

Monnaie : Peso (1000 pesos = 1,25 €)

PIB (2013) : 268 Mds $

PIB par habitant (2013): 16000 $

Taux de croissance (2013): 4,4 %

Taux de chômage (2013): 6 %

Taux d’inflation (2013): 3 %

Balance commerciale (2013): + 2,4 Mds $

Dette publique (2013): 13.9% du PIB

Réserves internationales : 159 Mds $

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

Agriculture (3,6%) ; Industrie (35,4%) ; Services (61%).

Principaux clients (2013): Chine (23,3%) ; Etats Unis (12,3%) ; Japon (10,7%) ; Corée du Sud (5,8%) ; Brésil (5,5%). Le pays exporte principalement du cuivre, des fruits et des produits de la pêche.

Principaux fournisseurs (2013): Etats Unis (22,9%) ; Chine (18,2%) ; Argentine (6,6%) ; Brésil (6,5%). Les importations recouvrent principalement des carburants, des minéraux et du pétrole, des machines, des véhicules, des équipements électriques et électroniques.

Conjoncture économique

Le Chili a l’économie la plus performante des pays d’Amérique latine et est considéré par les investisseurs étrangers comme un modèle de stabilité économique. Présentant des fondamentaux macro-économiques extrêmement sains, le pays est une destination de choix pour toute entreprise intéressée par l’Amérique du Sud. Ses avantages comparatifs au plan économique (rente minière, agriculture de contre saison et compétitive) lui ouvrent les grands marchés du nord du continent, d’Europe et d’Asie Pacifique (ainsi que depuis peu d’Amérique du sud, en particulier le Brésil). Le Chili se classe au cinquième rang mondial des pays les plus ouverts aux importations et aux investissements étrangers.

Principaux secteurs d’activité

L’économie du Chili est dominée par le secteur industriel et celui des services. Les deux secteurs contribuent à presque 95% du PIB. Les principaux secteurs d’activité sont l’exploitation minière (cuivre, charbon et nitrate), les produits manufacturés (transformation agro-alimentaire, produits chimiques, bois) et l’agriculture (pêche, vignobles, fruits).

Commerce extérieur

Le commerce extérieur est un vecteur clé de la croissance économique chilienne et une priorité de sa politique économique, orientée vers le libre-échange et la multiplication des accords bilatéraux et multilatéraux. Les échanges avec l’extérieur ont représenté 157 Mds USD en 2013 (taux d’ouverture de 56,5%). Le commerce extérieur chilien est structurellement excédentaire, même si cet excédent s’est réduit en 2013 (+1%). Les exportations (77,4 Mds USD) sont constituées à 89 % de produits de base miniers (57 %) et agricoles (32%). L’Asie constitue le principal partenaire commercial du Chili (40 % des exportations). La Chine est son premier client et son deuxième excédent bilatéral.

Investissement direct étrangers

Le Chili confirme son attractivité en matière d’IDE (11ème récepteur mondial d’IDE en 2012, 18ième en 2013 avec 20,4 Mds USD, soit 7,5% du PIB) et possède une capacité de projection régionale (17ème émetteur mondial la même année). Le pays dispose d’un important stock d’IDE qui s’élève à presque trois quarts de son PIB, soit près d’un cinquième des IDE à destination de la zone Amérique Latine-Caraïbes. Ce dynamisme s’explique notamment par la qualité du cadre institutionnel et macroéconomique. Le secteur minier représente la moitié des IDE entrants.

Commerce bilatéral :

S’agissant du partenariat économique et commercial, le Chili porte un intérêt particulier quant à la conclusion d’un Accord de libre échange avec notre pays, thème qu’il qualifie de « prioritaire », sachant que le Chili mène, depuis ces dernières années, une large politique d’ouverture économique incluant la signature de divers accords de libre échange avec 21 partenaires dont le Canada, le Japon et les Etats-Unis.

Quant au souhait du Chili de conclure un Accord de libre échange avec notre pays, Les Départements ministériels marocains compétents ont privilégié la conclusion d’un accord commercial préférentiel entre nos deux pays avant d’ouvrir la voie à la signature, à long terme, d’un accord de libre échange. Toutefois, les négociations qui ont été lancées, dans ce cadre, dès octobre 2012, se trouvent actuellement bloquées en raison de réserves exprimées par le Ministère marocain de l’Agriculture quant aux menaces qu’un tel accord peut constituer sur le secteur agricole national. En outre, le Ministre chilien de l’Agriculture, qui a réalisé une visite, au Maroc, le 10 septembre 2013, s’est entretenu avec son homologue marocain, et les deux parties ont souligné le souhait de parvenir à la conclusion d’un accord tarifaire pour certains produits (pomme, pêche, kiwi, poire) dans un esprit de complémentarité, sans toucher les deux agricultures qui sont fragiles.
En outre, l’Agence chilienne de promotion des exportations « Prochile » a porté son choix sur Casablanca pour l’ouverture, en 2013, de son bureau en Afrique, qui relèvera de l’Ambassade du Chili à Rabat. Le Chili considère que l’ouverture de ce bureau à Casablanca est le résultat d’une réflexion pour développer les échanges commerciaux bilatéraux mais aussi avec des pays tiers, en signalant qu’outre le Chili, ce bureau associera également les pays de l’ « Alliance du Pacifique ».

Le Chili souhaite également développer la coopération avec le Maroc en matière énergétique, sachant que les énergies renouvelables et alternatives ainsi que le secteur agricole offrent de nombreuses opportunités.

Evolution de la balance commerciale entre le Maroc et le Chili

Cadre juridique :

• Accord de coopération dans le secteur minier, signé en septembre 1998 ;

• Accord de coopération entre le CMPE (Centre marocain de Promotion des Exportations) et PROCHILE, signé en octobre 1999 ;

• 02/12/2004 Mémorandum d’Entente sur la Coopération en matière Agricole et sur la Promotion du Commerce Agricole;

• 02/12/2004 Mémorandum d’Entente sur la Coopération et l’Echange en matière de Pêche et d’Aquaculture;

• Juillet 2009 : Signature d’un protocole d’accord pour l’application du mémorandum d’entente visant à renforcer la coopération bilatérale dans le secteur de la pêche maritime.

Tags : Maroc, Chili, Amérique Latine, Lobbying, diplomatie économique,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :