Relations bilatérales entre l’Espagne et le Maroc

Les relations bilatérales entre le Maroc et l’Espagne peuvent être qualifiées d’excellentes eu égard au dialogue politique permanent, à un échange de visites dense et régulier entre les hauts responsables des deux pays et à une concertation étroite au niveau des différents instances régionales et internationales.

La question du Sahara Occidental : le Président du Gouvernement espagnol Mariano Rajoy a souligné lors de son intervention devant la 68ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, que « …L’Espagne appuie la recherche d’une politique juste, durable et mutuellement acceptable qui prévoit la libre détermination du peuple du Sahara occidental pour la résolution de la question du Sahara …».

Cependant, au terme de sa visite de travail à Alger, en avril dernier, M. Margallo aurait déclaré selon la presse que : «la position de l’Espagne concernant le problème du Sahara occidental est connue. Pour nous, c’est une question de décolonisation qui doit être réglée dans le cadre des Nations unies et à travers des négociations entre les deux parties».

Réunion de Haut Niveau

• La 10ème RHN s’était tenue en octobre 2012 à Rabat. Une réunion de mi-parcours s’est tenue, en mars 2014 à Rabat, au terme de laquelle il a été constaté le renforcement de la coopération bilatérale depuis la dernière RHN, particulièrement en matière de sécurité, d’immigration, du commerce et industrie, d’agriculture, du tourisme, d’éducation, d’enseignement supérieur et de la culture

• La partie espagnole avait proposé la date du 17 juin 2014 pour la tenue de la 11ème RHN en Espagne au niveau des Chefs de Gouvernements des deux pays. En raison de l’indisponibilité de certains Ministres et des engagements déjà pris qui coïncident avec cette date, la partie marocaine a proposé le report de cette RHN au mois de septembre prochain.

Forum parlementaire 

En tant que nouvel espace de dialogue et de concertation, ce Forum a déjà tenu deux sessions, respectivement, en septembre 2012, à Rabat, et en septembre 2013, à Madrid. La 3ème session aura lieu à Rabat au cours du deuxième semestre 2014.

Attirer l’attention sur le fait que certains parlementaires espagnols, notamment régionaux, organisent des visites dans nos provinces du Sud sans informer leurs homologues marocains et en prenant des positions hostiles au Maroc.

Il serait, également, opportun d’inviter les responsables espagnols à coordonner à l’avenir les déplacements des politiques espagnols dans nos provinces du Sud, pour barrer la route à ceux qui utilisent cette question à mauvais escient dans le but de perturber les relations maroco-espagnoles.

Volet économique : Deuxième partenaire commercial derrière la France avec une faible différence en termes de volume des échanges : 34,8 milliards de DH contre 36,2 milliards de DH pour la France en 2013, soit des parts respectives de 6,1 et 6,3%.

Les deux parties avaient appelé à l’instauration d’un dialogue économique régulier impliquant les ministères de l’économie et des finances, du commerce et de l’industrie, de l’équipement et du transport, ainsi que l’administration des douanes. La partie marocaine estime que c’est là un exercice utile qu’il convient d’encourager.

Les relations avec les secteurs privés suivent cette même dynamique comme le démontre la rencontre organisée, le 4 février 2014, à la CEOE (patronat espagnol) en présence de M. le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération et M. le Ministre de l’Industrie.

Les opérateurs espagnols dans notre pays réalisent de bonnes performances économiques; le marché marocain offre de bonnes opportunités pour l’économie espagnole dans son positionnement post-crise, non seulement pour les PME mais également et surtout pour les grandes entreprises et les banques espagnoles (IBEX 35).

Il convient de réitérer la disposition du Maroc d’accompagner l’Espagne dans sa quête de nouveaux marchés dans les pays africains et d’engager une coopération triangulaire mutuellement bénéfique.

Coopération Financière

Un programme de coopération financière 2009-2011 a été signé le 16 décembre 2008, et qui met à la disposition du Maroc des facilités financières concessionnelles pour un montant total de 520M€, réparties comme suit :

– 400M€ de crédits concessionnels liés assortis d’un élément don minimum de 42%. Ces crédits sont destinés au financement de l’acquisition de biens et services d’origine espagnole pour des projets publics réalisés au Maroc par des entreprises espagnoles.

-100M€ de crédits concessionnels déliés assortis d’un élément don minimum de 30%. Ces crédits sont destinés au financement de projets publics au Maroc.

– 20M€ de dons au titre du « Fonds d’Etude de Viabilité : FEV » pour financer des études de définition, de faisabilité et d’évaluation de projets publics, ainsi que l’assistance technique relative aux réformes sectorielles ou institutionnelles réalisées par des entreprises espagnoles et convenues entre les deux parties.

-Crédits commerciaux avec soutien officiel : ce sont des financements complémentaires visant à soutenir les crédits commerciaux à l’exportation au secteur public marocain.

Par ailleurs, il y a lieu de signaler que, suite à des mesures législatives adoptées par le Gouvernement espagnol dans le contexte actuel de crise financière et économique que connaît l’Espagne, la partie de crédits concessionnels déliés de 100M€ a été supprimée et celle relative au FEV de 20M€ a été gelée.

L’ONCF et l’ONEE ont bénéficié d’une enveloppe de 88M€ (81,37M€ et 6,62M€ respectivement) ainsi que d’un prêt de 18,23M€ pour le financement d’un projet de l’ONCF. Par ailleurs, la partie espagnole a proposé au Maroc la mise en place d’une nouvelle ligne de crédit destinée au financement des PME d’un montant de 25 M€.

Coopération au Développement 

Cette coopération est régie, entre autres, par l’Accord de Partenariat Stratégique en matière de Développement et de Coopération Culturelle, Educative et Sportive, signé en octobre 2012, à l’occasion de la Réunion de Haut Niveau (RHN). Cet Accord prévoit une Commission de Coopération qui doit se tenir avant la prochaine RHN.

A l’occasion de la visite à Rabat du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. José Manuel Garcia-Margallo, la partie espagnole propose la signature du projet de PV de la Commission mixte de coopération et de développement entre le Maroc et l’Espagne par les deux Ministres des Affaires Etrangères et de la Coopération, afin de permettre la mise en œuvre des programmes d’application et débloquer les fonds sans attendre la RHN. Il s’agit d’une enveloppe de 150 millions d’Euros pour la période 2014-2016 dont 50 M€ non remboursables.

A cet effet, la première réunion de la commission mixte de coopération et de développement aura lieu au siège de ce Département, le 16 juin pour procéder à l’adoption du PV de la réunion et du document Cadre de partenariat (programme d’application) en vue de leur signature par Messieurs les Ministres.

Immigration et Sécurité: Il s’agit d’un volet de coopération bilatérale qui se déroule à la satisfaction des deux parties. La situation de la communauté marocaine installée en Espagne et la préservation de ses acquis, particulièrement en cette période de crise économique que traverse l’Espagne, constitue pour le Maroc une des priorités de sa relation avec l’Espagne au vu du rôle d’acteur majeur de rapprochement des deux sociétés que joue cette communauté.

Par ailleurs, il existe, également, une collaboration exemplaire entre le Maroc et l’Espagne en matière de la sécurité et de la lutte contre l’immigration clandestine, enregistrant d’importantes avancées comme la baisse considérable des tentatives d’immigration irrégulière subsaharienne et qui est citée comme modèle de partenariat Nord-Sud.

Mettre en exergue le rôle clé joué par le Maroc dans la lutte contre l’immigration irrégulière, en dépit d’un environnement régional défavorable, et réitérer la pertinence d’une approche globale en matière de migration.

L’Opération Transit 2014 (Marhaba) démarrera le prochain 15 juin. Les deux Parties ont examiné les décisions opportunes pour assurer le bon déroulement de cette opération. L’Opération Transit 2013 s’est déroulée dans d’excellentes conditions grâce à la parfaite coopération entre les autorités compétentes des deux pays.

Volet Culturel : Relance du Comité Averroès et la mise en place d’une Fondation Conseil, à l’instar de celles créées par l’Espagne avec ses principaux partenaires (Etats-Unis, Brésil, Inde, Japon, Mexique, Russie, Chine …).

La partie espagnole a promis de donner suite, avant la tenue de la RHN, au « concept paper » présenté par le Maroc.

Maroc-UE

Concernant le mécanisme de prix d’entrée qui portera préjudice aux exportations marocaines, la partie espagnole a fait savoir que c’est la France qui avait usé de son influence au sein de l’UE pour faire adopter cette nouvelle mesure.

Il convient de souligner que l’Espagne pourrait contribuer activement à la réalisation des objectifs ambitieux que le Maroc et l’UE se sont fixés dans le cadre du Plan d’action pour la mise en œuvre du Statut Avancé, visant l’établissement d’un Espace de valeurs partagées et un Espace Economique.

L’Espagne pourrait agir en faveur du renforcement du dialogue politique et de son élargissement à d’autres structures thématiques et géographiques du Conseil de l’UE tels que les Groupes Maghreb-Machrek, Afrique et les Comités Terrorisme…

Il existe des perspectives prometteuses ouvertes dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée, qui pourrait, notamment après la crise économique et les événements qui secouent la région, constituer un véritable moteur en faveur d’un espace méditerranéen politiquement stable, économiquement prospère et culturellement harmonieux.

Conflit opposant l’Espagne et la Grande Bretagne au sujet de Gibraltar

Il s’agit de la livraison de matériaux de construction (sable et pierres) par des sociétés marocaines privées pour le projet d’extension du port de Gibraltar. Les autorités espagnoles sollicitent du Maroc de prendre les mesures qu’il juge opportunes pour éviter de livrer à Gibraltar ces matériaux.

Lors d’un entretien avec notre Ambassadeur à Madrid, fin mai dernier, M. Margallo parlé de risque d’un incident diplomatique si le transport de pierres à Gibraltar se poursuivait depuis le Maroc. Les portugais ont, selon lui, arrêté tout envoi de matériaux sur demande espagnole.

Question de la Kafala : Selon les Services consulaires de notre Département, tous les cas en suspens ont été résolus.

Tags : Maroc, Espagne, Union Européenne, UE, Kafala, Ceuta, Melilla,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *