Réponse à l’article de Le Monde du 29 avril 2014

Merci Mme Marques pour votre article qui contribue à faire connaître ce problème terrible. Il est impératif de faire pression sur le gouvernement français pour mettre fin à son appui honteux au régime absolutiste marocain. Juste une petite correction : le conflit n’est pas « entre le Maroc ( … ) et l’Algérie « . 
Certes, comme vous le dites, l’Algérie « a apporté son soutien au Front Polisario  » (Dieu merci car sinon le génocide sahraoui de la part du régime marocain aurait abouti…), mais le conflit est entre lepeuple sahraoui et l’occupant marocain (cf. les résolutions des Nations Unies depuis 1975). L’Algérie a apporté également son soutien au peuple sud-africain, et le conflit n’était pas entre l’Algérie et le régime de l’apartheid; l’Algérie a apporté également son soutien au MPLA de l’Angola, et le conflit n’était pas entre l’Algérie et le régime colonial portugais. D’autres exemples n’en manquent pas dans le même sens, vous en conviendrez. 
Aussi, nous ne croyons pas que le Maroc soit ‘convaincu de sa souveraineté’, même si le roi prédateur parle continûment ‘d’intégrité territoriale’ et de ‘ses provinces du Sud’, dénomination cette dernière de toute récente invention, non reconnue, bien entendu, par les Nations Unies qui qualifient toujours ce territoire de ‘territoire non autonome’ et dont l’Espagne est encore aujourd’hui, de iure, la puissance administrante. 
Ajoutons que dans les articles de Le Monde sur le sujet du Sahara Occidental, si vous faites invariablement référence à l’Algérie vous ne faîtes, jamais, référence à l’avis consultatif de la Cour Internationale de Justice du 16 octobre 1975 dans lequel il est dit sans équivoque (contrairement au mantra franco-marocain qui le qualifie de texte ambigu) que ni le Maroc ni l’ensemble mauritanien n’ont jamais eu de souveraineté sur le Sahara Occidental…
Pedro Pinto Leite, Secrétaire de la Plate-forme internationale des juristes pour le Timor oriental
Moisés Ponce de León, MCF Université Rennes2- Haute Bretagne
Co-éditeurs des éditions en français, anglais et espagnol du livre ‘Le droit international et la question du Sahara Occidental’

One Reply to “Réponse à l’article de Le Monde du 29 avril 2014”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *