SAHARA OCCIDENTAL : LE MAROC CONTINUE DE RÉPRIMER

Le département d’Etat américain a noté, dans son rapport annuel sur la situation des droits de l’Homme dans le monde, que l’occupant marocain a poursuivi sa répression des manifestations réclamant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, rejetant toute prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. Le département d’Etat a, dans son « rapport 2019 » publié mercredi soir, de nouveau réaffirmé que le statut du Sahara occidental reste à déterminer, rejetant toute prétendue souveraineté du Maroc sur ce territoire non autonome de l’ONU.

Dans son rapport, le Département d’Etat a consacré un chapitre au Sahara occidental séparé de celui du Maroc, car, il s’agit bien d’un territoire dont le statut final reste à déterminer, maintenant ainsi sa position sur le territoire sahraoui. Il a affirmé et précisé une fois de plus que la souveraineté du territoire sahraoui reste à déterminer sans mentionner à aucun moment la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, dernière colonie en Afrique, inscrite par l’Onu en 1963 dans la liste des territoires non autonomes, donc éligible à un processus d’autodétermination.

Le Département d’Etat a confirmé, dans son « rapport 2019 », que les forces de sécurité marocaines avaient utilisé la force pour disperser des manifestations pacifiques au Sahara occidental occupé, où une intervention des services de sécurité pour disperser une manifestation à Laayoune occupée en juillet 2019 a entraîné la mort d’une jeune sahraouie et l’arrestation d’un certain nombre de manifestants pacifiques.

« Amnesty International a publié des séquences vidéo et des témoignages indiquant que, le 19 juillet, les forces de sécurité ont utilisé une force excessive pour disperser les manifestants après que certains participants à un rassemblement à Laayoune – célébrant la victoire de l’équipe algérienne de football- ont commencé à brandir le drapeau sahraoui (…) Deux véhicules des Forces auxiliaires marocaines ont renversé Sabah Othman Ahmida, une professeur d’anglais », a souligné le Département d’Etat américain dans son rapport.

Lire aussi:  Activités Maroc-Afrique dans la période octobre 2013/août 2014

Le rapport a abordé, également, le refus persistant des autorités d’occupation marocaine d’autoriser les organisations sahraouies de défense des droits humains à opérer dans les territoires occupés et l’expulsion continue des observateurs et de la presse internationale de ces zones sous occupation marocaine. Les autorités marocaines ont empêché, fin février, l’entrée à Laayoune, capitale du Sahara occidental, à une délégation parlementaire catalane, qui n’a pas été autorisée à descendre de l’avion. Les huit membres de la délégation avaient l’intention de visiter le Sahara occidental occupé et de rencontrer des représentants des ONG sahraouies des droits de l’Homme.

Cette expulsion a eu lieu trois jours après celle d’Anna Sébastianne Gascon, une avocate espagnole de Saragosse qui prévoyait d’assister, en tant qu’observateur international, au procès des détenus sahraouis arrêtés lors des célébrations des Sahraouis de la victoire de l’équipe nationale algérienne de football, lors de la finale de la coupe d’Afrique des nations le 19 juillet 2019. A ce titre, au cours de 2019, les autorités de l’occupation marocaine ont expulsé 43 personnes de différentes nationalités du Sahara occidental, dont des journalistes, des avocats et des élus.

Le Département d’Etat a rappelé que, selon le rapport du Secrétaire général de l’ONU d’avril 2019, le Haut- Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH) a continué à recevoir des communications d’avocats, de membres de famille des Sahraouis arrêtés lors du démantèlement du camp de Gdeim Izik en 2010, ajoutant que plusieurs ont été soumis à la torture, à une mise à l’isolement prolongée et à d’autres mauvais traitements. « Le rapport d’octobre du Secrétaire général de l’ONU sur le Sahara occidental a noté que le HCDH avait reçu des informations faisant état de violations des droits de l’Homme perpétrées contre des Sahraouis, y compris des détentions arbitraires », a souligné le Département américain.

Lire aussi:  Maroc : l'histoire de la DGED et le cabinet GGA

En outre, le rapport du Département d’Etat américain a appelé à l’ouverture d’une enquête pour condamner les personnes impliquées dans des violations des droits de l’Homme dans les zones occupées du Sahara occidental, soulignant que l’absence d’enquêtes et de poursuites contre les personnes impliquées dans ces violations a contribué à l’expansion de l’impunité.

R.N.

La Tribune des lecteurs, 13 mars 2020

Tags : Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, répressionm droits de l’homme, Déopartement d’Etat,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *