Savez-vous quoi que ce soit sur ces fantoches pro-marocains?

Pour tenter de blanchir ses activités au Sahara Occidental occupé, Kosmos Energy rencontre plusieurs organisations fictives, choisies dans la liste des autorités marocaines. WSRW a reçu une photo prise lors d’une de ces réunions, qui a eu lieu cette semaine. Nous avons besoin de votre aide pour savoir qui sont ces personnes et organisations.
Dans les villes de Dakhla, Boujdour et El Aaiun, Kosmos Energy va rencontrer des responsables marocains et des groupes de marionnettes pro-marocaines qui ont été soigneusement sélectionnés par le gouvernement marocain afin de s’assurer qu’ils ne diront rien qui s’écarte de la propagande officielle, soit qu’il n’y a pas de problèmes dans « les provinces du sud » et que Kosmos Energy est le bienvenu sur le territoire.
Lors de ses réunions le 26 à El Aaiun et le 27 à Boujdour Kosmos ne rencontrera pas de groupes qui défendent le droit à l’autodétermination des Sahraouis ou qui défendent leurs droits humains fondamentaux. Les représentants de la compagnie ne verront pas non plus de manifestations contre leur présence, puisque la violente répression marocaine contre de telles protestations a conduit les Sahraouis loin des rues et à se rassembler dans leurs maisons ou dans le désert pour exprimer leur désaccord.
Si vous savez quelque chose sur les individus présents sur la photo ou sur les groupes pro-marocains que Kosmos Energy rencontre, s’il vous plaît envoyez-nous des informations à contact@wsrw.org. Aucun groupe sahraoui n’a, à la connaissance de WSRW, jamais été contacté par les compagnies pétrolières concernées.
Maroc ne permet pas l’enregistrement des groupes sahraouis qui défendent les droits humains, le droit à l’autodétermination ou à l’indépendance, en dépit des appels au Conseil des droits de l’homme à Genève. Les principaux opposants sahraouis aux activités pétrolières ont été condamnés à la prison à vie par le tribunal militaire marocain. Selon l’ONU toute exploration pétrolière au Sahara Occidental viole le droit international à moins que le peuple du territoire n’y consente.
Kosmos ne semble pas désireux de rencontrer de réels Sahraouis. Des groupes sahraouis ont à de nombreuses reprises envoyé des lettres de protestation à Kosmos et à son partenaire écossais Cairn Energy.
Une de ces lettres, d’un groupe qui choisit de garder l’anonymat par peur des conséquences, indique : «les actions de votre compagnie apporteront plus de problèmes et vont nourrir la violence et l’obstruction à la paix. Nous suggérons à Kosmos Energy de suivre les traces de Kerr-McGee et donc de se retirer du territoire sans causer plus de problèmes et de perte pour vous-mêmes ».
http://www.wsrw.org/a111x2965

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *