Succès de la diplomatie algérienne et jalousie prévue au Maroc

La diplomatie algérienne vient de marquer des points. Une importante réunion sur la Libye a eu lieu à Washington le 22 septembre sanctionné d’un communiqué conjoint publié sur le site du Département d’Etat. Y ont participé les gouvernements de l’Algérie, l’Egypte, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Qatar, l’Arabie saoudite, l’Espagne, la Tunisie, la Turquie, les Emirats Arabes Unis, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Union européenne et des Nations Unies.
« Nous saluons l’initiative algérienne de convoquer les dirigeants libyens et les forces politiques à participer à un dialogue menant à la réconciliation nationale en Octobre », dit le communiqué conjoint tout en soulignant « il n’y a pas de solution militaire à ce conflit ».
L’Algérie a toujours défendu une solution interne par le biais d’un dialogue inclusif inter-libyen à l’image de la sortie de crise malienne. Une position qui vient de recevoir aussi l’appui du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, qui a appuyé, à partir de New York le rôle de médiation que joue l’Algérie pour la stabilisation de la situation en Libye mais également au Mali et dans le Sahel.
Une nouvelle qui ne manquera pas de susciter beaucoup de jalousie dans les milieux makhzéniens qui voient dans leur pays, le Maroc, non seulement le plus beau du monde dont la beauté attire toute sorte de pervers, mais aussi le plus fort et le plus développé de l’univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *