Wikileaks marocain : Jean-Marc Manach répond à « Demain »

Wikileaks marocain : Jean-Marc Manach répond à « Demain »

Suite à la publication par Demain de l’article : « Chris Coleman : Jean-Marc Manach se dédie », ce dernier a tenu à répondre :

Je ne me « dédie » pas, et je n’avais pas écrit mon 1er article (http://www.arretsurimages.net/chroniques/2014-10-27/Maroc-Algerie-quand-tweetent-les-barbouzes-id7176) « à la hâte » : j’ai passé des dizaines et des dizaines d’heures sur cette affaire; lors de mon 1er article, Coleman refusait de me permettre de vérifier l’authenticité des documents qu’il avait copiés/collés dans des .doc, .pdf ou qu’il avait scanné en mode capture d’écran : impossible, donc, de savoir s’ils étaient authentiques, caviardés ou fabriqués de toutes pièces. Suite à ce article, il a mis en ligne quelques originaux des mails, que j’ai donc authentifiés comme écrit sur Twitter, mais qui ne me permettent toujours pas de conclure, « Chris Coleman » refusant de répondre aux questions qui restent en suspens…

Et FYI, je prépare un nouvel article pour expliquer tout ceci en détail. Enfin, je ne suis pas le seul journaliste sur terre, et rien n’empêche d’autres journalistes de chercher eux aussi à authentifier lesdits documents.

Jean-Marc Manach

Jean-Marc Manach a été l’un des rares, sinon le seul journaliste francophone, à traiter de l’affaire « Chris Coleman ». C’est tout à fait à son honneur. Parce que beaucoup, beaucoup trop, de ses confrères qu’on connait au Maroc puisqu’on les croise ici ou là, entre Rabat, Casablanca et Marrakech, ne peuvent pas le faire au risque de fâcher leurs bienfaiteurs marocains. Surtout maintenant. Après la chute de Tunis, si Marrakech tombe que restera-t-il aux amis journalistes français qui « aiment » le Maroc?

Trêve de plaisanteries, il faut juste préciser deux ou trois petites choses.

Nous scrutons attentivement les déclarations du gouvernement marocain et à aucun moment ce dernier, qui a vivement accusé l’Algérie d’être derrière « Chris Coleman », n’a déclaré que les documents révélés par « Chris Coleman » étaient des faux ou avaient été manipulés.

Le seul qui l’a fait est Ahmed Charaï, ex-commercial en publicité devenu en un laps de temps assez court à la tête d’un empire médiatique. M. Charaï, qui apparaît beaucoup dans ces révélations a été arrêté il y a quelques années aux Etats-Unis avec une grosse somme d’argent. Incarcéré, il a été libéré après l’intervention de la DGED (Direction général des études et de la documentation) et d’un important membre d’un lobby juif sépharade américain.

Cependant si Charaï reconnaît que son portable a bien été « visité » (comme tous les nôtres pardi !), il n’explique pas quels mails ont été falsifiés ?

Certes, on ne peut pas affirmer que tous les documents sont des vrais, ni le contraire, pour la simple raison qu’il faut les passer tous au peigne-fin. Mais tous ceux que nous avons passés au crible se sont révélés vrais.

Demain, 15/12/2014

Tags : Maroc, Marocleaks, Chris Coleman, hacker, documents confidentiels, DGED, lobbying, France, presse française, journalistes français,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :